Je suis femme au pluriel

poesie

femme_plurempreinte

Je suis : Féminin , Pluriel

Fille, sœur, épouse, mère
Je naquis de ta côte, là tout près de ton cœur
Et pour te rendre grâce, de prendre en toi ma vie
Je caresse tes jours et veille sur tes nuits.

Je suis femme au pluriel, c’est assez singulier
De la vie ici bas, car j’en suis le pilier
Sur mes frêles épaules repose l’avenir
De l’homme qui sourit, et celui qui soupire.

Je suis toutes les larmes qui inondent l’univers
Qui arrosent sans fin le blé de cette terre
Et je suis le soleil levant sur ton berceau
T’offrant tant de bonheurs, enroulés en cerceaux.

Je suis la nourricière qui t’a donné le sein
Que tu buvais avide, lorsque moi j’avais faim
Blotti tout contre moi, je chassais tes misères
Quand mon corps avait froid, tu avais chaud au cœur.

Tu vas cueillant serein les fleurs de mes printemps
Errant ici et là, en prenant tout ton temps
Sous l’ombre de mon regard, tendre et protecteur
Qui veille qu’aucune brise ne vienne et ne t’effleure.

A l’automne de ma vie, tu deviens le printemps
Tu cherches plus d’espace et tu n’as plus le temps
Je suis alors clémente, je comprends tes envies
De faire éclore tes fleurs, de prendre en main ta vie.

On m’appelle courage, car j’ai toujours offert
Les fruits de mes entrailles à la folie des guerres
Sans pousser un sanglot, avalant l’amertume
Du verre de la douleur, au feu qui me consume.

Je suis alors Aicha, la folle du village
Qui chante, danse et pleure, jetant sur son sillage
Les vers enflammés qu’elle compose le soir
Seule sur sa couche, à la lueur du noir.

Et quand arrive l’hiver, avec son manteau blanc
Avec ses crevasses et ses rides au front
Je suis la rose fanée, qu’on garde prisonnière
Entre les pages jaunes et lourdes du dictionnaire.

Alors incessamment, je reviens vers la cage
Qui m’a vu naître un jour dans ma plus belle image
C’est au fond de ton cœur, que tu m’enfermeras
Et de l’oubli des tombes, tu me préserveras.
RYMA  Nora

http://www.youtube.com/watch?v=XcbnmsJ_g48

Votre commentaire