La pédagogie de projet

La pédagogie de projet           
(Laurent Dubois)

projetPour pratiquer la pédagogie de projet, il faut d’abord adhérer aux récentes théories de l’apprentissage qui ont amené à poser une distinction entre enseignement et apprentissage. Cette distinction modifie singulièrement les relations au sein du triangle didactique " maître - élève - savoir ". Dans cette optique, le maître n’est plus celui qui transmet des savoirs, l’élève n’est plus le sujet plus ou moins passif de ses apprentissages, l’accès à la connaissance ne se fait plus par placages successifs de notions.


L’enseignant convaincu par ces principes trouvera dans la pédagogie de projet une réponse à bien des implications pédagogiques issues des théories socio-constructivistes de l’apprentissage.
Donner du sens aux apprentissages

La pédagogie de projet permet, à mon avis, de donner du sens aux apprentissages des élèves. Dans un projet de correspondance, par exemple, les élèves se voient contraints de maîtriser quelques règles liées à ce type de texte, s’ils désirent se faire comprendre par leurs correspondants. D’eux-mêmes, ils se soucient de leur orthographe, de leur syntaxe et de leur mise en page. Ils sollicitent fréquemment le maître ou un de leur camarade afin d’améliorer leur production écrite, et consultent parfois spontanément les ouvrages de référence. D’autres projets provoquent les mêmes attitudes relatifs à l’expression écrite, comme la réalisation d’une exposition, la publication d’un journal d’école ou la confection d’une brochure d’information. Cependant, tout n’est pas si rose dans la pédagogie de projet. Si beaucoup d’activités sont porteuses de sens, quelques élèves développent néanmoins des stratégies d’évitement. Concernant la correspondance, les propos de l’une de mes élèves sont éloquents: " J’aime bien recevoir des messages, mais pas tellement en envoyer ". La pédagogie de projet est exigeante et nécessite des efforts de la part de tous les acteurs. L’enseignant se voit donc parfois contraint de relancer les projets et de trouver des astuces pour motiver ses élèves.
Le rôle du maître

Dans une pédagogie de projet, le maître n’est plus le détenteur du savoir. Il organise les activités et tente d’y apporter un éclairage didactique dans le but d’enclencher des apprentissages (c’est peut-être ce qui le différencie des G.O. du Club Méditerranée). Ainsi, il trouvera, lors de l’élaboration d’une pièce de théâtre, des moyens permettant d’améliorer l’expression orale des élèves. Ce médiateur peut également apporter des idées et encourager l’ensemble de la classe. Quoi qu’il en soit, il a également un rôle fondamental qui est de relancer les élèves ou les groupes d’élèves " en panne ", et enfin, d’institutionnaliser les apprentissages. Cette dernière mission lui permet de faire le lien entre le projet à proprement parler et les différentes notions à acquérir à l’école primaire, notions définies, en partie, dans les plans d’étude.

Pour conclure

Malgré cette réflexion optimiste, il convient de distinguer ce qui relève de l’apprentissage conscient par "régulation didactique structurée", de ce qui peut être acquis par immersion. Etudier certains types de texte et certains phénomènes linguistiques à travers des séquences didactiques structurées ou, plus simplement, exercer le calcul mental et les opérations, permet sans aucun doute de fournir aux élèves des instruments qui leur permettront de réaliser des projets de plus en plus complexes.

Je ne conçois pas la pédagogie de projet comme une succession d’activités libres, mais plutôt comme un incessant va et vient entre une tâche originale, le " projet ", et des activités qui permettent aux élèves de se questionner par rapport à cette tâche, de structurer leurs connaissances et de stabiliser des savoirs et savoir-faire.


Votre commentaire