Bcher

Bcher

Administrateur du site.

EVOCATION
 Mirabelle, pseudo sous lequel elle était connue sur notre site, nous a quittés le 27/7/2008. Professeure de français au collège, elle fut parmi les collègues qui, dès la mise en place de la réforme scolaire, s'était engagée à partager son savoir, ses compétences car déjà très au fait des nouveautés introduites. Elle donna de son temps et afficha toujours sa disposition à venir en aide à chaque fois que le besoin s'exprimait. Sa bonté, sa générosité étaient connus et reconnus de tous les anciens membres. Son aide fut précieuse. Elle put avec  Rachy (à qui j'exprime toute ma gratitude) donner un élan à notre site et le rehausser au niveau de notre ambition: l'entraide.
Je tiens par cela à rendre hommage à une femme, à une collègue d'exception, digne de notre respect à tous.
Mirabelle, en sus de ses nombreuses participations et contributions sur notre site, nous laisse un livre "Tranches de vie" Nouvelles et poèmes,  publié à titre posthume aux éditions ENAG.
A tous ceux qui l'ont connue, je demande d'avoir une pieuse pensée .
Que Dieu l'accueille en son vaste paradis.
Repose en paix Mirabelle et merci pour tout ce que vous nous avez donné.
Elle est, et elle restera à jamais dans nos cœurs, et son âme omniprésente embaumera de mille parfums sucrés, chaque instant de la vie de khouasweb.
Bcher
{xtypo_download}Télécharger la nouvelle au format PDF Et quand le voile se lève {/xtypo_download}

Texte 1 : Appel pour une école sans tabac

Monsieur le Ministre de l'Education Nationale,

Par la signature du présent appel, nous soutenons le programme Objectif Ecole sans Tabac ainsi que la charte Ecole sans Tabac, proposés par le Comité National contre les Maladies Respiratoires et l'ensemble de ses Comités Départementaux.

Nous vous demandons d'avoir l'obligeance de bien vouloir vous impliquer pour que la Loi Evin (interdisant de fumer dans les lieux publics) soit respectée dans les écoles, collèges, lycées et autres établissements d'enseignement. Nous croyons que c'est notre devoir, notre responsabilité à tous, mais que, plus que nous, vous en avez les moyens.

Il s'agit de la santé des enfants et des jeunes et c'est donc un problème majeur de Santé Publique.

C'est en tant que parents, grands-parents, mais aussi en tant que citoyens que nous signons cet appel.

Confiants en ce que vous pourrez faire et en vous remerciant à l'avance de prendre les dispositions nécessaires, nous vous prions de recevoir, Monsieur le Ministre, l'expression de nos salutations distinguées. »

«  le Comité National contre les Maladies Respiratoires et l'ensemble de ses Comités Départementaux »

Texte 2 : Appel pour une planète vivable

La destruction progressive de notre environnement, la pollution de l'air, de l'eau ou des sols ne sont pas inéluctables. Il est possible de vivre dans un environnement sain sans revenir pour autant à l'âge de pierre.

Depuis des décennies, des millions de personnes, des centaines d'associations et de mouvements se mobilisent pour protéger les sources même de la vie, pour que la protection de l'environnement constitue un objectif fondamental des politiques publiques, pour que s'affirme le besoin d'un développement durable et solidaire.

Une prise de conscience se dessine progressivement et une forte sensibilité s'affirme pour un monde plus respectueux de ses habitants et de leur avenir.

Pourtant, dans un monde dominé par la logique économique de court terme, les destructions s'étendent, l'effet de serre et la désertification s'accroissent, les ressources naturelles s'épuisent, les apprentis sorciers de la technologie font des paris sur des milliers d'années. A l'aube du troisième millénaire, un air sain, une eau potable, une nourriture sans danger ne sont même plus garantis dans les pays dits "développés" qui tentent pourtant d'étendre leur modèle de développement à l'ensemble de la planète.

Un monde vivable passe par une redéfinition du mode de développement. Il implique que l'eau, l'air, les milieux naturels soient protégés. Nos choix énergétiques, industriels, de consommation, de transport ou d'aménagement du territoire doivent être revus en conséquence.

Une opinion publique informée et consciente peut peser sur les décideurs politiques et économiques pour qu'ils prennent en compte l'aspiration de tous à vivre dans un monde vivable au Nord comme au Sud de la planète.

Déjà des campagnes d'actions en Europe ont permis d'obtenir des résultats : abandon des projets de barrage sur la Loire, obligation du pot catalytique, interdiction du trafic international des déchets...

Pour renforcer aujourd'hui ce mode d'action, nous interpellons les élus, les entreprises, les institutions. C'est notre responsabilité de citoyens, c'est le sens de cet appel.

Pour un monde vivable, Agir pour l'environnement, nous nous engageons.

Comité de parrainage

Devenez signataire d'Agir pour l'Environnement

Signez l'appel pour une planète vivable par e-mail

Envoyer un don d'un montant minimum de 10 euros à Agir pour l'Environnement, 97 rue Pelleport, 75020 Paris.

 

 

Association de mobilisation citoyenne en faveur de l’environnement www.agirpourlenvironnement.org **

Beaucoup d’hommes de mon âge sont portés à louer le temps de leur jeunesse et à blâmer le temps de la vôtre.    Certes j’ai aimé moi aussi le début de ce siècle ; j’étais alors jeunes et confiant. Mais je vois bien que ce tableau merveilleux n’est pas vrai.une minorité se croyait sûre de son avenir ; les masses n’avaient nulle garantie en cas de maladie ou de vieillesse.la majorité des Français vivait mal sans confort, sans loisir ; les heures de travail dévoraient les jours et les mois, sans congés payés. L’illusion de la sécurité militaire ne supprimait pas la menace de la guerre comme l’événement l’a montré. Les impôts directs étaient légers, c’est vrai, mais l’Etat n’assumait pas les charges qui auraient dû être les siennes ; les malheureux, les vieillards, les malades souffraient plus aujourd’hui. Non, je ne vois pas l’âge d’or dans notre passé.    Au vrai je ne crois guère à un âge d’or ;les hommes restent des hommes, c’est-à-dire un mélange de héros et de féroces animaux.    Tous comptes faits, je suis heureux d’avoir vécu durant notre étonnante époque. En effet, l’homme a découvert en un demi-siècle plus de secrets de la nature que nos ancêtres en vingt mille ans. Il a conquis des sources d’énergie si abondantes qu’elles le font presque trop fort. Il a entrepris l’exploration du cosmos et nage dans le vide interstellaire. Il vole sur terre de ville en ville à trois fois la vitesse du son.il construit des machines qui calculent et organisent mieux que des cerveaux. C’est à la fois intéressant et admirable.    Votre génération continuera cette marche à la découverte avec une vitesse accélérée. Tout vous reste à faire : élever la biologie à la précision de la physique, démontrer le mécanisme de l’hérédité, transformer l’économie politique en science exacte. Le travail ne vous manquera pas.il ne manquera jamais. Plus nous trouverons et plus nous saurons que nous ne savons rien.    D’ailleurs trouver ne suffit pas ; il faut encore, disait Valéry¹, s’ajouter ce qu’on trouve. Nous n’avons pas assimilé nos récentes inventions.     Nous avons les moyens physiques de détruire la civilisation et l’espèce ; nous n’avons pas les moyens moraux de nous opposer à cette destruction.           
André Maurois, Lettre à un jeune homme.Valéry¹ : écrivain français (1871-1945)
Page 18 sur 18