Bcher

Bcher

Administrateur du site.

RÉFLEXION AUTOUR DES VOIES ET MOYENS DE LUTTE CONTRE LA VIOLENCE EN MILIEU SCOLAIRE.

A propos des incivilités de jeunes :        
Je voudrais commencer par cette citation dont je ne citerais pas le nom de l’auteur au départ.
«La jeunesse d’aujourd’hui aime le luxe; elle manque de tenue, raille l’autorité et n’a aucun respect pour ses aînés. Les enfants sont de vrais petits tyrans. Ils ne se lèvent plus quand une personne d’âge entre dans la pièce où ils sont, ils contredisent leurs parents, se tiennent à table comme des gloutons et font une vie d’enfer à leurs maîtres».
Propos ou procès-selon la lecture- d’adulte qui peut-être « d’actualité, ». Et pourtant cette pensée a été dite par: Socrate (470-399 avant J.C)

Mon voyage a commencé, je crois, il y a plus de 35ans , avec Frison Roche. Longtemps le nom d’Aurélie Picard évoquera pour ma désinvolte jeunesse l’Amour légendaire.

La belle Française, fille de la ville et de la modernité, qui renonce à tout son confort par amour pour un Prince noir du fin fond de la steppe et lui consacre toute sa vie entre monts et désert. Un couple que tout sépare et qui va durant tant d’années subjuguer mon imaginaire : un conte d’adultes aux âmes d’enfants ou « la belle et la bête » au pays des dunes et du silence.

J’avais fait de tous mes sens le voyage avec elle à travers les immenses plaines du nord au sud algérien. Ma peau brûlait sous le soleil qui la brûlait et le vent qui faisait voler sa chevelure soulevait mon être. De page en page, j’éprouvais ses joies et ses peines, sa solitude, ses doutes et l’assurance de chacun de ses gestes ou les tremblements de ses mains au point de ne former avec elle qu’une seule et même personne.

Le premier pas a été la transparence sur l’état du secteur. L’enjeu reste de recentrer l’école algérienne sur la maîtrise du savoir scientifique et sur les valeurs modernes devenues une nécessité vitale devant susciter le consensus de la nation indépendamment des idéologies, car le défi concerne la place de notre nation par rapport aux autres, et non pas la concurrence entre acteurs algériens. Le bac, simple diplôme, déprécié plus vite que le dinar, est devenu un ogre. Il est le seul sésame de l’université.

A l’époque, d’autres moyens, concours, etc. donnaient cet accès : la Turquie sans bac a un système éducatif et universitaire performant. A la fin du lycée, les élèves admis concourent sur un numerus clausus de places dans les facultés. Nulle part une place n’est garantie pour chaque bachelier, car cela impliquerait une augmentation corrélative du nombre d’enseignants universitaires, et ceci n’est facile nulle part. La conséquence serait de baisser le niveau universitaire pour récupérer celui de la masse des étudiants, mais aussi de délivrer des diplômes au rabais : c’est le cercle infernal d’aujourd’hui. Une réforme du bac est déjà envisagée par les nouvelles autorités de l’éducation.

Nous suggérons qu’elle prenne en charge :

1) la refonte de l’organisation de l’examen et sa durée afin de le démystifier et réduire son coût trop élevé ;
2) le recentrage des épreuves sur les principales matières par filière en programmant les autres matières à la fin de la deuxième année secondaire in situ ;
3) l’intégration de la fiche de synthèse dans le calcul de la moyenne du bac pour redonner de l’importance à l’enseignement et à l’enseignant (qui doit être recyclé et revalorisé pour améliorer son rendement pédagogique et disciplinaire) ;
4) la restructuration du système des coefficients au lycée et au bac selon la seule logique de l’ingénierie pédagogique;
5) la refonte des programmes du lycée pour les recentrer sur les connaissances scientifiques et techniques les plus récentes (sciences humaines et de la nature).

Aussi la maîtrise de l’arabe scolaire et des langues étrangères, par lesquelles les savoirs scientifiques sont produits, de même que l’intérêt porté aux langues maternelles, devraient-ils constituer l’ossature de toute réforme non idéologique. Un bac réformé, l’aménagement d’autres modes d’accès à l’université et la revalorisation de l’enseignement professionnel sont les clés d’une société plus apaisée, tournée vers le progrès et mondialement concurrentielle.

Abderrezak Dourari

In El Watan du 05 juin 2015
http://elwatan.com/edito/bienvenue-la-refonte-05-06-2015-296524_171.php

Page 5 sur 18