Administrateur

Administrateur

Loin des vieux livres de grammaire
Écoutez comment un beau soir
Ma mère m'enseigna les mystères
Du verbe être et du verbe avoir...

Parmi mes meilleurs auxiliaires
Il est deux verbes originaux
Avoir et Être étaient deux frères
Que j'ai connus dès le berceau

Bien qu'opposés de caractères
On pouvait les croire jumeaux
Tant leur histoire est singulière
Mais ces deux frères étaient rivaux

Ce qu'Avoir aurait voulu être
Être voulait toujours l'avoir
À ne vouloir ni dieu ni maître
Le verbe Être s'est fait avoir

Son frère Avoir était en banque
Et faisait un grand numéro
Alors qu'Être, toujours en manque
Souffrait beaucoup dans son ego

Alors qu'Être toujours en manque
Souffrait beaucoup dans son ego

Pendant qu'Être apprenait à lire
Et faisait ses humanités
De son côté sans rien lui dire
Avoir apprenait à compter

Et il amassait des fortunes
En avoirs, en liquidités
Pendant qu'Être, un peu dans la lune
S'était laissé déposséder

Avoir était ostentatoire
Dès qu'il se montrait généreux
Être en revanche, et c'est notoire
Est bien souvent présomptueux

Avoir voyage en classe Affaires
Il met tous ses titres à l'abri
Alors qu'Être est plus débonnaire
Il ne gardera rien pour lui

Alors qu'Être est plus débonnaire
Il ne gardera rien pour lui

Sa richesse est tout intérieure
Ce sont les choses de l'esprit
Le verbe Être est tout en pudeur
Et sa noblesse est à ce prix...

Un jour à force de chimères
Pour parvenir à un accord
Entre verbes ça peut se faire
Ils conjuguèrent leurs efforts

Et pour ne pas perdre la face
Au milieu des mots rassemblés
Ils se sont répartis les tâches
Pour enfin se réconcilier

Le verbe Avoir a besoin d'Être
Parce qu'être c'est exister
Le verbe Être a besoin d'avoirs
Pour enrichir ses bons côtés

Et de palabres interminables
En arguties alambiquées
Nos deux frères inséparables
Ont pu être et avoir été

Et de palabres interminables
En arguties alambiquées
Nos deux frères inséparables
Ont pu être et avoir été.

Paroles et Musique: Yves Duteil   2002

{audio}music/mp3/etre_avoir.mp3{/audio}

bac2011BAC 2011  Langues étrangères

SUJET 2

    Deux ans après le lancement de la chaîne pour les tout-petits, BabyFirst, les mises en garde sur la nocivité de la télévision pour les enfants de moins de 3ans  vont connaître un nouveau point d’orgue. A partir du 20 novembre, date du 20ème anniversaire de l’adoption   de la Convention Internationale des droits de l’enfant, deux campagnes télévisées vont être diffusées sur les chaînes européennes. L’une intitulée    « La télévision n’est pas toujours un jeu d’enfant », est destinée à sensibiliser le public aux effets du petit écran chez les plus jeunes, l’autre vise à rappeler l’importance du respect de la signalétique jeunesse.
     Le message est clair : la télévision n’est pas adaptée aux enfants de moins de 13ans. Elle peut entraîner passivité, retard de langage, troubles du sommeil et de la concentration, et dépendance aux

écrans.

     Par ailleurs, entre 3 et 6ans, l’enfant n’a pas de recul par rapport aux images, et ne percevra pas la différence entre une fiction et la réalité. La publicité est prise au pied de la lettre . D’une manière générale, la télévision peut entraîner, chez les mineurs, stress, colère, gêne, anxiété, difficultés d’endormissement.

    Avant 8ans, les pédagogues recommandent de ne regarder que les programmes réservés aux enfants. Or, c’est loin d’être le cas. Parmi les dix programmes les plus regardés, en 2008, par les enfants de 4 à 10 ans, figure le journal télévisé, qui véhicule souvent des images violentes.

     En outre, il est important de limiter le temps d’exposition aux écrans (ordinateur, console vidéo) en fonction de l’âge de l’enfant. Or, en 2008, les enfants de 4 à 10 ans ont regardé plus longtemps la télévision que les 11-14ans (2 h 13mn contre 2 h 09mn). Leur consommation    a progressé de 8  minutes  depuis 2000, alors que celle des 11-14 ans a diminué de 12 minutes.

     Le 16 octobre 2007, le lancement de BabyFirst, une chaîne de télévision en continu pour les enfants de 6 mois à 3 ans, avait suscité une polémique. Le Collectif inter associatif  enfance et média (CIEM) avait saisi la justice pour obtenir l’interdiction de toute chaîne destinée aux moins de 2 ans, nuisible, selon le CIEM, à  leur épanouissement et à leur développement. Un appel lancé par le psychiatre et psychanalyste  Serge Tisseron, avait réclamé « un moratoire contre la fabrique de bébés téléphages* ».
    En revanche, depuis le 1er novembre 2008, les chaînes de certains pays européens ne peuvent plus proposer des programmes visant spécifiquement les enfants de moins de 3ans , et les chaînes qui émettent depuis l’étranger doivent apposer un message précisant que regarder la télévision peut freiner leur développement.

Martine Laronche,

Le Monde, 15 novembre 2009 .

*Téléphages : du mot « télé » (télévision) et du suffixe « phage » (manger) : grands consommateurs de programmes de télévision.

Résultat du sondage : pensez-vous terminer les programmes de 3as ?

sondage_prog_3as

abeillesUn jeune prince, se promenant dans un jardin délicieux, entendit un grand bruit et aperçut une ruche d'abeilles. Il s'approcha de ce spectacle, qui était nouveau pour lui, et voir avec étonnement l'ordre, le soin et le travail de cette petite république. Les cellules commençaient à se former et à prendre une figure régulière. Une partie des abeilles les remplissaient de leur doux nectar ; les autres apportaient des fleurs qu'elles avaient choisies entre toutes les richesses du printemps. L'oisiveté et la paresse étaient bannies de ce petit état ; tout y était en mouvement, mais sans confusion et sans trouble. Les plus importantes entre les abeilles conduisaient les autres, qui obéissaient sans murmure. Pendant que le jeune prince admirait cet objet, une abeille que toutes les autres reconnaissaient pour leur reine, s'approcha de lui et lui dit « la vue de nos ouvrages et de notre conduite vous rejoint ; mais elle doit encore plus vous instruire, nous ne souffrons point chez nous le désordre ni l'anarchie, on n'est considérable parmi nous que par son travail et par les talents qui peuvent être utiles à notre république . . . Puissiez-vous être un jour comme nous, et mettre dans le genre humain l'ordre que vous admirer chez nous ! Vous travaillerez par la à son bonheur et au votre, vous rempliez la tâche que le destin vous a imposé ».
FENELON, FABLES
Page 1 sur 31