Le jour J est enfin arrivé pour la centaine d'enseignantes et enseignants engagés dans le passionnant projet de la lecture/plaisir en milieu scolaire. De quoi s'agit-il au juste? Deux points sont à préciser au préalable: clarifier le concept de lecture/plaisir et fixer ses objectifs. Quant au jour J, il s'agit de la rencontre qui s'est déroulée à Laghouat ce dimanche 10 juillet en présence de la ministre de l'Education nationale. A l'ordre du jour: l'évaluation finale de l'opération pilote dont cette charmante ville a été l'hôte pendant la période allant de novembre 2015 à juin 2016.   Par

Publié dans Débats actuels

Mon voyage a commencé, je crois, il y a plus de 35ans , avec Frison Roche. Longtemps le nom d’Aurélie Picard évoquera pour ma désinvolte jeunesse l’Amour légendaire.

La belle Française, fille de la ville et de la modernité, qui renonce à tout son confort par amour pour un Prince noir du fin fond de la steppe et lui consacre toute sa vie entre monts et désert. Un couple que tout sépare et qui va durant tant d’années subjuguer mon imaginaire : un conte d’adultes aux âmes d’enfants ou « la belle et la bête » au pays des dunes et du silence.

J’avais fait de tous mes sens le voyage avec elle à travers les immenses plaines du nord au sud algérien. Ma peau brûlait sous le soleil qui la brûlait et le vent qui faisait voler sa chevelure soulevait mon être. De page en page, j’éprouvais ses joies et ses peines, sa solitude, ses doutes et l’assurance de chacun de ses gestes ou les tremblements de ses mains au point de ne former avec elle qu’une seule et même personne.

Publié dans Expression littéraire

Vie et œuvre revisitées

feraounUn hommage a été rendu, lundi et mardi, à l'auteur du Fils du pauvre.

Cette manifestation a été organisée par les associations culturelles Mouloud Feraoun et Djurdjura pour la sauvegarde du patrimoine et de l'authenticité, à l'occasion de la commémoration du 49e anniversaire de l'assassinat de l'enfant de Tizi Hibel. Et pour ce faire, la maison de la culture Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou a abrité des activités en l'honneur du défunt. Une exposition d'articles de presse, de photos et d'extraits des œuvres de Feraoun, a été mise en place par les organisateurs. Durant la première journée, une table ronde, ayant pour thème le journal de «Fouroulou», a été animée par Ali Feraoun, fils de l'écrivain, et Youcef Merahi, secrétaire général du Haut commissariat à l'amazighité (HCA) ainsi que Saïd Chemakh, enseignant au département de langue et culture amazighes à l'université de Tizi Ouzou. Les intervenants ont souligné l'importance du journal de Feraoun. «Plus qu'un simple rapport sur sa vie, cette publication porte un intérêt particulier pour les historiens qui veulent écrire sur la région de Kabylie.

Publié dans Souvenir souvenir