vendredi, 05 août 2011 13:42

L’ENSEIGNANT, UN MODELE ? Spécial

Écrit par Aklimed
Évaluer cet élément
(0 Votes)

enseignementDevant une classe, l’enseignant est « en vue ». Le public est jeune et influençable donc, inévitablement, tout en lui a un impact sur les enfants : tout ce qu’il est, tout ce qu’il fait, tout ce qu’il dit et tout ce qu’il écrit.

L’usage de la langue française

L’oral

L'enseignant est le garant de la qualité de la langue orale dans la classe et il doit habituer les enfants à un « bon français » qu’ils n’entendent pas toujours à la maison. Il est bon, donc, de reprendre systématiquement toutes les erreurs des enfants.

Il convient aussi de veiller à bannir le vocabulaire familier de son propre langage.

Des expressions, désormais courantes même dans la bouche de parents, comme « Je m’en fous. » doivent être totalement interdites en classe afin de permettre aux enfants d’accéder, sans effort, simplement par imprégnation, à un langage « professionnel ».

L’écrit

Aussi bien dans ce qu’il écrit lui même que dans ce qu’il lit des écrits des élèves, tout ce qui passe par l’enseignant est considéré comme parfaitement juste par les enfants.

Une faute écrite de sa belle écriture rouge sur un cahier sera photographiée par l'élève comme la forme à mémoriser ; un mot écrit par lui sera forcément enregistré comme un mot bien orthographié.

Même les accents se doivent d'être corrects ce ne sont pas des options dans notre langue ! Si l’école élémentaire ne s’en occupe pas qui le fera ?

Il est impératif que l’enseignant se contraigne à une grande rigueur dans toutes ses corrections.

Le manque de rigueur se paie tôt ou tard. Donc tout ce qu'il produit, rend ou qu’il voit, tout ce qui lui passe entre les mains doit être corrigé car, pour l'élève, si c'est rendu sans annotation, vu sans remarque, c'est considéré comme parfaitement juste.

Si la règle peut être momentanément changée, pour des travaux de recherche par exemple, il faut en définir clairement le cadre.

Mais en tout cas les affiches de relevés divers, expérimentation scientifiques ou démarche de résolution de problème, écrites par les élèves, doivent être discrètement corrigées dans la mesure où elles sont destinées à être vues par tous.

L’écriture et présentation L'écriture et la présentation doivent être irréprochables. Si l’école élémentaire ne s’applique pas à obtenir une écriture bien formée, ne prend pas le temps de faire une présentation soignée et une gestion de page efficace qui le fera ? Au collège l’élève devra accélérer sa vitesse de prise de notes et gérer lui-même son espace feuille et tout ce qui ne sera pas automatisé, sera perdu.

L’attitude générale

"Faites ce que je dis, pas ce que je fais." se paie forcément un jour.

Pour gérer un groupe, il faut de l’autorité. L’autorité se gagne par le respect et l’adulte sera respecté pour son sérieux, sa rigueur et sa cohérence. Les enfants ont besoin de cadres, cela les rassure. Il s'agit donc d'être

- rigoureux dans les règles que l'on impose au groupe ainsi que dans celle que l'on respecte soi-même,

- équitable dans nos arbitrages. (L'équité n'est pas forcément la justice…)

- et respectueux des engagements pris : on fait ce qu'on a dit. Donc on mesure bien ce qu'on promet aussi bien comme récompense que comme punition.

Remarque : Il faut éviter l'humour tant que le groupe n'est pas maîtrisé. Les enfants sont trop jeunes pour jouer sur les nuances. Ils ressentent la pression à condition que l'adulte se l'impose à lui-même en premier lieu, sinon, ils ressentent la décontraction et en profitent.

Conclusion

Il est important que l'enseignant calque son attitude sur celle qu'il aimerait que son auditoire adopte, en se souvenant toujours qu'il est un modèle pour les enfants et qu'il transmet plus par ce qu'il est ou ce qu'il fait que par ce qu'il dit.

Donc la rigueur qu'il apportera

- à son niveau de langage écrit et oral,

- à l'organisation de sa gestion du groupe

- et à la préparation des séances déterminera celle que les élèves observeront dans leurs propres travail et comportement.

J’aurais tendance à dire que l’enseignant est un modèle pour l'élève, qu’il le veuille ou non.

Je ne dis pas qu’il doive être infaillible ni parfait, je ne dis pas non plus que les élèves doivent le penser comme tel, ils peuvent parfaitement comprendre que l’enseignant est un être humain qui va faire quelques erreurs, mais je dis que ces erreurs doivent rester marginales et que, la plupart du temps, l’enseignant est l’expert de la classe.

Catherine Waeckel-Dunoyer /CPC Joué-lès-Toues 

Lu 3420 fois Dernière modification le jeudi, 04 septembre 2014 14:30