mercredi, 24 novembre 2010 09:33

Rôle du professeur dans la gestion des conflits cognitifs Spécial

Écrit par M. Kais
Évaluer cet élément
(0 Votes)

reflexionLe conflit cognitif est la perturbation créée par la résistance de la réalité à l’application des schèmes mentaux.
Un conflit cognitif survient lorsque les représentations mentales ne correspondent pas aux effets observés lors de la réalisation d’une activité. C’est à dire que l’accommodation du schème mental assimilé ne permet pas d’arriver au résultat escompté. La réalité entre donc en conflit avec la représentation qu’on a d’elle.

 

Les Conflits Cognitifs :

DÉFINITIONS

CE QUE FAIT L'ÉLÈVE 

RÔLE DU PROFESSEUR


CONFLIT COGNITIF

chez l’élève.

Face à la Situation Problème, il se produit un conflit mental, un déséquilibre, face à  l'inconnu ...

Il y a un problème avec ses cadres de pensée, ses représentations, etc. Il se dit :
« Je dois réagir car Il y a des choses à apprendre. Il y a tension entre ce que je perçois et ce que je suis, entre là où je suis et ce que je veux faire ... » 

§  Il fait des essais pour résoudre le problème.

§  Il recherche des réponses à la situation.

§  Il crée une situation complexe adaptée aux possibilités des élèves.

§  Fait émerger des représentations.

§  Complexifie les situations successives.

§  Organise les groupes.


CONFLIT SOCIOCOGNITIF

Dans le groupe.

Dans une situation d'interaction sociale il se produit des confrontations, des représentations qui provoquent des modifications et améliorent la compétence de chacun.

Il y a tension entre les représentations et les équilibres provisoires ... 

§  Il échange, Confronte,

Compare avec d'autres.

§  Réalise, avec des pairs, une tâche commune pour prendre conscience qu'il y a des alternations.

§  Il veille au respect des contraintes.

§  Reformule les consignes.

§  N'apporte pas d'informations

§  Met à leur disposition des ressources.

§  Choisit le mode de confrontation le plus efficace.


METACOGNITION.

§  Prendre conscience des méthodes de pensée,

§  Réguler ses propres processus de pensée.

§  Mettre en forme textuellement les représentations.

§  Il verbalise la méthode de pensée qu'il vient d'appliquer

§  En prend conscience et peut agir dessus.

§  Il aide l’élève à formuler,

§  Stimule, encourage, accepte toutes les propositions,

§  Multiplie les prises de parole.

§  Il redresse les déviances et valorise l’initiative.

Voici quelques recommandations générales pour favoriser le travail de groupes :

1. Proposer une tâche commune réalisable en groupe.

2. Faire travailler un nombre restreint d’élèves ensemble.

3. Proposer des activités qui permettent de développer un esprit d’équipe et la confiance.

4. Créer une interdépendance positive entre les élèves.

5. Maintenir la responsabilité personnelle de chaque membre du groupe.

6. Faire réfléchir les élèves sur leurs habiletés scolaires et sociales.

7. Renforcer les comportements coopératifs et les interactions constructives.

L’Organisation de la classe :

La pédagogie de groupes s’appuie sur une stratégie organisationnelle précise. Chaque séance et chaque activité nécessitent une forme d’organisation spécifique. Ainsi, le lancement du projet ou de la séquence, la séance de l’Evaluation Diagnostique ou de Compréhension de l’Oral, la formulation des hypothèses de sens lors du moment d’imprégnation en Compréhension de l’Ecrit doivent être réalisées avec toute la classe car aucun élève  ne peut répondre à la place d’un autre. Par contre, les activités de Compréhension de l’Ecrit proprement dites, les activités de langue ou les activités de préparation à l’Ecrit, d’Evaluation Collective, etc., doivent être réalisées par groupes pourvu que tous ces groupes soient tous  associés à la même tâche : parfois en binômes, parfois à quatre, parfois par rangées. Si l’activité nécessite beaucoup de temps (un relevé d’indices dans tout le texte, par exemple), elle peut être subdivisée (un paragraphe par groupe)  afin de l’achever dans les délais.

L’enseignant doit jouer à ce moment-là un rôle déterminant en supervisant le travail des élèves. Il doit consacrer un moment pour chaque groupe en réajustant, en conseillant, en débloquant les situations ou en proposant juste des pistes de réflexion. Une fois l’activité achevée, il peut organiser une mise en commun et une courte évaluation pour que chaque équipe puisse se situer et se préparer à l’activité suivante. Si l’enseignant remarque que tous les groupes ont facilement trouvé la clé de l’énigme, il peut se passer du moment de la mise en commun.

Les types de groupes.

1         Le binôme : (ou tandems) deux élèves assis à la même table (ou à deux tables mitoyennes) pour s’occuper d’une tâche  facile à réaliser.

2        Le Groupe Informel : c’est un groupe de circonstance constitué de 4 voisins immédiats, les uns face aux autres. Chaque élève peut être associé à n’importe quel groupe. Il ne faut pas hésiter à déplacer les élèves d’une table à une autre ou d’une rangée à une autre. Le travail de groupes n’admet pas l’installation d’un élève à la même table jusqu’à la fin de l’année, sauf s’il souffre de difficultés d’audition ou de vision.

3        Le Groupe de Base : Constitué de 4 à 6 élèves dont le niveau est hétérogène. Ils travaillent ensemble à long terme (le Projet).

4        Le Groupe Combiné :   Constitué de deux groupes de base. Ils disposeront de la possibilité d’entraide.

 

 

 

 

 

Lu 6195 fois Dernière modification le jeudi, 04 septembre 2014 14:30