Baya, la sœur de Schéhérazade Par Kader Bakou

Vote utilisateur: 0 / 5

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

  alt "A l’âge de 11 ans elle se mit à dessiner et à peindre, puisant dans son imagination d’enfant son inspiration. Elle créa un univers merveilleux au centre duquel on trouvait une femme aux yeux de biche portant une robe somptueuse et entourée d’oiseaux fabuleux, de fleurs et de plantes..." Une ariste de grand talent à connaître et à faire connaître


Née le 12 décembre 1931, Baya, de son vrai nom Fatma Haddad, aurait eu 80 ans aujourd’hui. Baya ! A l’évocation de ce nom d’artiste, on ressent comme un sentiment de paix intérieur et de quiétude devant le souvenir de ses belles œuvres multicolores. André Breton a dû ressentir la même chose lui qui déjà en 1947 a écrit : «Baya dont la mission est de recharger de sens ces beaux mots nostalgiques : “l'Arabie heureuse’’. 
Baya, qui tient et ranime le rameau d'or.» Quelques années auparavant, Aimé Maeght, à Alger, avait vu par hasard une gouache de la «gamine » encore inconnue et décide : «C’est cela que je veux exposer ! » L’art de Baya a aussi séduit Jean de Maison seul (conservateur du musée d’Alger) qui a écrit : «C’est le mystérieux secret de Baya que ce surgissement des sources les plus lointaines du mythe et du rêve dont certains savent retrouver la clef.» Pour Edmonde Charles-Roux, rédactrice à Vogue, le sens inné des couleurs, chez la peintre algérienne «trouve sa source au fond des âges». Elle est aussi «Baya, le regard fleur» aux yeux de Assia Djebar. L’art de Baya a aussi enchanté Picasso et Kateb Yacine qui écrit : «Mélancoliques, les grandes gouaches de Baya, arabesques lovées fortement colorées, lieux clos et sereins, résignation du monde féminin.» Plus près de nous, pour Tahar Djaout : «Baya est la sœur de Schéhérazade. Schéhérazade, la tisserande des mots qui éloignent la mort.» Baya est décédée le 9 novembre 1998. Ses œuvres, comme ces mots qui éloignent la mort, sont immortels. 
K. B.

Votre commentaire