Rabah Belamri, le poète oublié

Vote utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

belGrand témoin de son temps,Rabah Belamri est un écrivain algérien d'origine kabyle né le 11 octobre 1946 à Bougaâ en Algérie. Il perd la vue en 1962 à l’âge de 16ans. Après des études au lycée de Sétif, à l'École des jeunes aveugles d'El Biar (Alger), à l'Ecole normale d'instituteurs de Bouzareah et à l'Université d'Alger, il arrive en 1972 à Paris où il soutient un doctorat consacré à l'idéologie coloniale.

  L'écriture, qui caractérise ses romans, poèmes et textes autobiographiques, oscille entre le réalisme et l'onirisme, le passé et le présent, l'Algérie et la France et insiste sur le pouvoir du désir en lequel il voyait une force de transcendance

Il est l'auteur de plusieurs recueils de poèmes, de contes et de romans inspirés par son enfance algérienne. « Il est temps, disait-il dans une interview qui lui a été consacrée par le journal El Moudjahid le 30 septembre 1982, dans la rubrique veillées d’antan,  de recueillir les trésors de notre culture orale, menacés de disparition par le tumulte de la télévision. Aujourd'hui, en Algérie, les veillées s'organisent autour du petit écran et les conteurs n'ont plus le temps ou ne trouvent plus l'occasion et la nécessité de conter. (...) j'ai tenté, dans la mesure de mes moyens, de sauver de l'oubli une parcelle de notre patrimoine culturel. (...) Ces contes recueillis en arabe dialectal, je dus les traduire en français (...). Il ne fait pas de doute que cette langue les sort de leur isolement et les propulse dans la sphère du patrimoine culturel universelle.

comme ses prédécesseurs, Da Mouloud Mammeri au destin tragique ou Kateb Yacine le rebelle , Rachid Mimouni ou  l’immortel Tahar Djout,  sa vertu et ses gloires à l’étranger ont fait de  Rabah Belamri le  récipiendaire de multiples distinctions honorifiques et distinctives de reconnaissance pour son immense talent et pour ses œuvres, pourtant il reste méconnu et non reconnu chez lui.
Le 28 septembre 1995, à l'âge de 48 ans, Rabah Belamri, décède prématurément  à Paris. . Il repose au cimetière de Montparnasse  au carré des poètes. (Ryma)

Bibliographie:
  • L'Œuvre de Louis Bertrand, miroir de l'idéologie colonialiste, Office des Publications Universitaires, Alger, 1980.
  • Les Graines de la douleur, contes populaires, Publisud, Paris, 1982, 110 p.
  • La Rose rouge, contes populaires, Publisud, Paris, 1982.
  • Le Soleil sous le tamis, récit d'enfance, Publisud, Paris, 1982, 316 p.
  • Chemin de brûlure, poèmes, dessins de Hamid Tibouchi, Éditions de l'Orycte, Paris, 1983.
  • L'Oiseau du grenadier, contes, proverbes et souvenirs d'enfance, Castor poche, Flammarion, Paris, 1986.
  • Le Galet et l'hirondelle, poèmes, l'Harmattan, Paris, 1985, 108 p.
  • Proverbes et dictons algériens, L'Harmattan, Paris, 1986.
  • Regard blessé, roman, Gallimard, Paris, 1987, Prix France-Culture 1987; Folio, 2002.
  • Jean Sénac: entre désir et douleur, essai, Office des Publications Universitaires, Alger, 1989.
  • L'Olivier boit son ombre, poèmes, couverture et illustrations de Pierre Omcikous, eau-forte de Abdallah Benanteur, Edisud, Aix-en-Provence, 1989, 104 p.
  • L'Asile de pierre, roman, Gallimard, Paris, 1989.
  • L'Ane de Djeha, L'Harmattan, Paris, 1991.
  • Femmes sans visage, roman, Gallimard, Paris, 1992 (Prix Kateb Yacine)
  • Pierres d'équilibre, poèmes, Le Dé bleu, 1993.
  • Mémoire en archipel, souvenirs d'enfance, Gallimard, Paris, 1994.
  • Chronique du temps de l'innocence, Gallimard, Paris, 1996.
  • Corps seul, Gallimard, Paris, 1998.

Rabah Belamri

1e poème inédit

ton cri ma mère
guerrier d'éternité
dormant dans ma gorge

je bâtissais dans son oubli
un jardin clair
quand une épine de ma phrase
a effleuré sa paupière

oh maintiens ton regard clos
demeure en ta nuit gardienne de chimères
n'envahis pas la page d'une salive amère

Yvonne Belamri (Copyright © 1995)

tu as peur
à l’orée de l’oubli
gazelle
ta course me traverse
dans un déluge de sable noir

(Rabah Belamri)

Votre commentaire