TISLIT; La fiancée de la pluie

k7Aubade à Tislit
Je suis Anzar le ténébreux, le dieu fécond
Et sur la terre je sème mes faveurs et mes dons!
Je brandis avec fureur mon sceptre d'éclairs
Quand je fais rugir les tambours de ma colère!

Je suis le maître du feu, le dieu des trombes
Et sans ma grâce le monde serait une tombe.  

J'ordonne les saisons, j'annonce les moissons

 

Je donne la rosée pure, je déchaîne la mousson!
Les plaines sont mon jardin que je pare de beauté
Et aux champs des Hommes j'accorde mes bontés.
Toute vie sur terre m'exalte de gratitude
Languit de mon absence, réclame ma promptitude!
Les rivières chantent de joie quand je les inonde
Les montagnes tremblent d'émoi lorsque je gronde
Toutes les créatures me craignent et me vénèrent
Mais sans toi... Ô Tislit! Comme je désespère!
Que serait ma force sans ta délicatesse?
Vaine sont mes nuées sans ta douce promesse!
Tu réjouis les vivants et tu les rassures
Par tes courbes gracieuses tu apaises la nature!Tislit!
Sans ta grâce je ne serai qu'un tyran:
Un dieu sans coeur, sans génie ni rêves charmants!
Je traînerais mes nuages dans le firmament
Pour toujours condamné à rugir mon tourment!
L'ennui serait mon royaume de glace et de pluies
Un enfer morne et froid, sans désirs exquis!
Tu rehausses ma pâleur de ton splendide éclat
Tu charmes mes fureurs par ton rire délicat.
Tu enchantes mon front grave de tes rubans dorés
Ta robe de perles et de rosée quand tu paraîs
Légère et frivole, toute épanouie de bonheur
Chassant mes langueurs et éveillant ma ferveur!
Bénie sois- tu, Tislit, mon unique bien aimée 
Mon amour, je te suis fidèle à tout jamais.
Qu'importe si les tiens oublient notre serment?
Pour toi je bénis ton pays éternellement.
Qu'importe s'ils se tournent vers d'autres dieux,
Qu'ils oublient leur innocence, leurs jours heureux?
Qu'importe si leurs âmes deviennent stériles et arides
Qu'ils trahissent leurs aïeux pour des maîtres perfides?

Seuls tes enfants fervents chanteront ta gloire,
Célébrant ton nom ils garderont la Mémoire
De leur terre qui fut belle et prospère autrefois,
De leur liberté native de peuple- roi !

Aimons- nous, Tislit, tant que dure notre amour
Oublions ce peuple moribond, pour toujours,
Malheur aux races sans légendes, promises à l’oubli
Le Néant les engloutit dans la fosse des maudits !

Anzar, Dieu amazigh ( berbère) du ciel et de la pluie, serait tombé un jour éperduement amoureux d' une belle paysanne. Se transformant en aigle il venait la contempler, lorsqu' elle se baignait dans une rivière; un jour il lui adressa la parole et lui demanda de l' aimer, de l' épouser. Mais la jeune fille effarouchée refusa sa demande et s' enfuit. Anzar retint alors toutes ses pluies et la sécheresse menaça le pays. Les paysans organisèrent des processions et réclamèrent la miséricorde d' Anzar;  la jeune paysanne consentit de le suivre et  vivre auprès de lui. Depuis, à chaque fois qu' il pleut, la légende veut qu' elle apparaisse dans le ciel, sous la forme d' arc en ciel, appelé ' Tislit u Anzar", c' est à dire la Fiancée d' Anzar... Cette tradition du culte d' Anzar perdure encore de nos jours, en début d' automne lors de la période des labours, dans les villages d' Afrique du Nord, du Maroc jusqu' en Lybie, en l' honneur du dieu de la pluie et de sa fiancée: les villageois organisent des processions, portent une grande poupée symbolisant la Fiancée, et une louche ( " taghnunja" ) symbolisant le récipient de l' eau bienfaitrice. Ces fêtes se terminent par des repas préparés et pris en commun. Hélas! cette belle cérémonie de nos villages tend à disparaître.  
  • Et si vous voulez en savoir plus sur cette merveilleuse légende, suivez le lien...c'est tout simplement splendide...mille merci à mon lion des montagnes...

Votre commentaire